Vamos a la Playa a mi me gusta bailar

Après avoir vu tous mes collègues partir successivement en congés, c’est mon tour d’avoir l’impression d’être en vacances : 3 jours à la plage, god bless le 15 août ! 4 maillots de bain, 2 kimonos et 5 crèmes solaires différentes, un jour j’apprendrai à partir en week-end sans une valise immense. Honnêtement j’admire les filles qui ont leur petit sac et savent parfaitement ce qu’elles vont porter ou pas mais j’en suis complètement incapable – même avec 5 t-shirts dans la valise j’aurais finalement envie de celui qui est resté bien plié à Toulouse. Ces filles sont dans le TOP3 de celles que je jalouse à mort au côté de celles qui savent résister à se resservir x fois en rosé/gaufres/magnums et celles qui ont la frange parfaite en toute circonstance. Je déteste ces filles. Et si elles ont les 3, j’ai simplement envie de me cacher sous mon parasol avec mon 4e verre de rosé, mon short qui n’est pas celui que je voulais mettre ce matin et ma frange grasse en épi contraire à mes sourcils. Le monde est profondément injuste.

Vous l’aurez compris, j’en attends beaucoup de ces 3 jours

Mais on sait tous à quoi ça ressemblera dans la vraie vie

goonies-gif-1158-17288-hd-wallpapers

Maintenant que j’ai capté votre attention grâce à ce gif des Goonies dans lequel on s’est toutes reconnes au moins une fois dans notre vie (sinon, on ne sera jamais copines), j’en profite pour partager la liste de bouquins que j’avais mis de côté pour Remedios quand il m’avait demandé ce qu’il pouvait prendre avec lui avant de partir en vacances lundi dernier (sans moi donc, salaud)(d’ailleurs si vous voulez tout savoir, il a regardé la pile préparée, a soufflé, en a pris 2 et s’est téléchargé des San Antonio sur l’iPad)(je me demande ce qu’on fait ensemble des fois). Bref. Générique et hop TOP10 :

  • Stewart O’Nan – Speed Queen
    Recommandé à la base par Elise quand je ne savais pas quoi lire en décembre dernier, je n’ai rien lu de mieux depuis ! Plongée dingue dans la tête de Marjorie qui, en attendant l’heure de son exécution, répond aux questions de Stephen King. (pfff je résume mal, j’étais nulle à ça au lycée). Je l’ai dévoré et une fois terminé j’étais folle qu’il n’en existe pas un film tellement je le visualisais complètement scène par scène dans ma tête – il s’avère que Christina Ricci en a acheté les droits en 2001 pour finalement le zapper et tourner dans Monster. Christina, tout est fini entre nous.
  • Anouk Ricard – Planplan cucul
    J’adore la collection BD CUL et mon amour pour Anouk Ricard est sans borne, forcément je ne suis pas très objective. En gage de bonne foi, on n’a qu’à dire que si vous ne riez pas à gorge déployée en le lisant sur la plage, vous pouvez m’insulter copieusement en commentaire. (et puis atout non négligeable, pour les célibataires ça peut être un bon moyen d’amorcer la conversation le Planplan Cucul qui tombe du sac)
  • François Bégaudeau – Un démocrate : Mick Jagger 1960-1969
    J’ai résisté à l’envie de vous conseiller les autobiographies de Keith Richards ou Marianne Faithfull pour plutôt vous parler de ce petit bijou qui se lit en quelques heures sans le voir passer. L’idée est simple : Mick Jagger est né à 17 ans en 1960 et il est mort en 1969, laissez l’auteur vous expliquer pourquoi et comment. J’étais autant dubitative que curieuse, j’en suis ressortie convaincue comme jamais.
  • Jon Roberts – American Desperado
    Bon OK c’est un pavé et il vous faudra plus qu’un week-end de 3 jours pour en venir à bout mais promis il vaut vraiment le coup et c’est un plaisir de se perdre dans son histoire (vraie) de gangster.
  • Françoise Sagan – Bonjour Tristesse
    Depuis mes 16 ans je le relis chaque année, je ne sais pas pourquoi mais je finis TOUJOURS par aller le prendre dans ma bibliothèque à un moment donné de l’été.
  • Johnny Cash – Cash, l’autobiographie
    J’ai pleuré dès la 4e page. Voilà.
  • Whit Stillman – Les derniers jours du Disco
    Allez, on change un peu du punk et du rock de mes lectures habituelles avec une bonne plongée dans le New York eighties sur fond de tubes disco qu’on connait tous par coeur. J’ai lu ce livre sans avoir vu le film avec Chloë Sevigny dont il est tiré et je l’ai adoré : tout le monde y est aussi beau que désœuvré, je me voyais déjà en train de danser sur The Tide is High de Blondie avec eux.
  • James Leo Herlihy – Macadam Cowboy
    Je ne sais plus trop pourquoi j’ai acheté ce livre, juste pour la couverture en sortant de l’expo Mapplethorpe je crois. Et j’ai fini en larmes complètement happée par les aventures de ce cowboy new-yorkais un peu trop looser.
  • Néjib – Haddon Hall : Quand David inventa Bowie
    Une très belle BD sur la naissance du personnage David Bowie (ça change des biographies de 300 pages et le format BD cache mieux du soleil)(enfin bon c’est pas avec le soleil qu’il y a en ce moment hein)
  • Legs McNeil – Please Kill Me : L’histoire non censurée du punk par ses acteurs
    S’il ne fallait en garder qu’une parmi toutes les biographies/autobiographies sur ce mouvement ça serait celle-ci sans hésiter !
  • Ladyland : Anthologie de littérature féminine américaine
    Et le bonus (oui, on en est déjà à 11, le temps passe vite quand on s’amuse) ça n’est pas un conseil – s’il faut c’est tout naze – mais c’est ma lecture à moi pour ce week-end alors j’avais envie de le mettre ici aussi parce que le livre trône sur la table du salon depuis avant-hier et là il me tarde bien bien de l’entamer !

Sur ce, bon week-end ! Et si vous êtes cools je vous montrerai ma frange en vrac, mon tissage pocahontas dans les cheveux et mes claquettes de maître nageur Nike. Bisous.

Who the fuck likes salad ?

Des restes de poulet et une pastèque infinissable, parfait pour un samedi soir devant Fort Boyard.

tumblr_n9ua4aAQGm1qd8zg3o3_500

tumblr_n9ua4aAQGm1qd8zg3o2_500

DSCF3021

Après avoir fait un sorbet avec la première moitié et des morceaux à grignoter tous les soirs, il faut nous rendre à l’évidence : cette pastèque est sans fin. Alors hop on la met dans un mixer, on rajoute tout ce qui passe et on n’en parle plus !

1/2 pastèque
20 cl de rhum
3 cuillères à soupe de confiture de coing
un peu de menthe ciselée
une dizaine de glaçons

Pourquoi la confiture de coing ? Parce que 1. elle était ouverte dans le frigo 2. je suis une vraie petite nature en ce qui concerne le rhum et 3. je n’aime pas quand le sucre se coince dans la paille. Bon évidemment je n’y aurais jamais pensé seule mais hé avoir un mari barman a du bon !

Et tant qu’il était lancé, Remedios s’est lancé dans une salade césar pour terminer nos restes de blancs de poulet. Cette salade est toujours un gros piège, réussie elle est aussi bonne qu’un bon burger, ratée c’est du poulet fade avec de la laitue. Bon personnellement je n’ai jamais eu le courage de tester mais cette fois-ci j’ai bien noté la recette canon de Rémi qu’il ne rate jamais pour enfin me lancer un jour.

Ingrédients pour la sauce :
1 oeuf mollet
2 anchois
25 g de parmesan râpé
1 cuillère à café de moutarde
1 gousse d’ail pelée
Le jus d’1/2 citron
15cl huile d’olive
Quelques gouttes de sauce Worcestershire
1 cuillère à soupe crème fraiche
Sel et poivre

Ingrédients pour la salade :
2 beaux blancs de poulet
1 salade romaine idéalement
25 g de parmesan (copeaux)
4 tranches de pain écroûtées
2 oeufs durs
tomates cerises
salade

Faites dorer le pain frotté à l’ail, coupé en cubes, 3 minutes dans un peu d’huile. Faites également dorer les blancs de poulets(si vous le faites mariner c’est encore mieux). Déchirez les feuilles de romaine dans un saladier, et ajoutez les tomates cerises, les croûtons, le poulet et les oeufs durs préparés.

Et maintenant, la sauce !
Faites cuire l’oeuf 1 min 30 dans l’eau bouillante, et rafraîchissez-le.
Mettez-le dans le bol d’un mixeur et mixez, avec tous les autres ingrédients spécial sauce ; rectifiez l’assaisonnement au besoin et incorporez à la salade.

Décorez de copeaux de parmesan, et servez.

1 2 3 130